Pourquoi la thématique de la Jeunesse?

En 2000 les OMD décrivaient huit objectifs qui traitaient notamment de la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim, de l’éducation primaire, de l’autonomisation des femmes, de la réduction de la mortalité infantile, de l’amélioration de la santé maternelle, de la lutte contre le SIDA et les autres pandémies …

Et si les ODDs, Objectifs de Développement Durable au cœur de l’agenda 2030 adopté par l’ensemble des Etats membres de l’ONU, revisités en 2015 ont depuis fait une part plus belle à la formation et à l’emploi de la jeunesse, on a pu avoir le sentiment que, quand on se préoccupe de développement, les priorités vont spontanément aux nouveaux nés, à l’enfance et l’éducation primaire, à la mortalité infantile, à la promotion de la femme et à la santé des mères. De fait, la précarité de l’adolescent sorti de l’enfance, en particulier, et du jeune, en général, ne semble pas être une préoccupation majeure.

C’est cette réflexion d’un ami qui nous a fait prendre conscience que si tous les chapitres des ODDS étaient essentiels, la cause des adolescents et des jeunes méritait qu’on y consacre notre édition de Zama Paris 2018.

Parce que nous le savons : les progrès que nous ferons en termes de démocratie, de gouvernance sont l’objet de processus de long terme. Les progrès en termes de lutte contre la corruption mettront 15 ans avant d’être ressentis pour peu qu’on engage véritablement des politiques de changement. Si politiques de changement il y a, elles doivent être initiées par, avec et pour la nouvelle génération. Et si un renouveau économique doit se faire, de nouvelles mentalités et un nouvel esprit d’entreprendre doivent faire jour.

Cela parait relever de la première évidence, mais il est bon de le souligner. Le danger serait que nous restions enfermés dans ce que des économistes appellent des « carences d’aspirations », modèle qu’ils appliquent aux systèmes d’apprentissages scolaires : « Un faible niveau d’aspirations peut se traduire par des échecs scolaires[…] Lorsque les carences d’aspirations contribuent à maintenir les familles dans la pauvreté et à limiter leurs aspirations futures, elles se retrouvent prises dans une spirale dont il est très difficile de sortir». Traduction : les familles dans la pauvreté ont tendance à dénigrer le potentiel d’apprentissage et d’évolution de leurs enfants et à s’enfermer dans des spirales d’appauvrissement.

Nous souffrons peut-être de cette forme de carence d’aspirations … Nous souffrons peut-être de cette forme de manque d’ambition qui nous empêche de nous projeter collectivement vers un futur plus souriant.

Nous sommes convaincus, à Zama, qu’un travail de fond sur la jeunesse peut nous permettre de sortir de cette spirale mortifère de déficit d’ambitions … Ce travail doit être mené sur les plans de l’éducation, de la formation professionnelle, de l’entrepreneuriat, de la responsabilité civile, de la culture et de la santé … sur des logiques d’exemplarité …Mais aussi sur des logiques de réinsertion de ces masses d’adolescents issus tant des milieux ruraux, que péri-urbains ou urbains en rupture, génération une fois de trop sacrifiée livrée à la déshérence et à la violence…

Ce sont ces sujets que nous voulons évoquer à Zama, au-delà de la dimension festive de notre rassemblement, pour lancer de nouvelles initiatives, éveiller de nouvelles ambitions et reconstruire l’espoir.

Venez nous y retrouver pour « Faire de Madagascar une terre d’avenir pour la jeunesse »

Ny antony nandraisana ny lohahevitra mikasika ny « Tanora »

Tamin’ny taona 2000 dia namaritra tanjona ny OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement na Tanjon’ny Taonarivo ho an’ny Fampandrosoana), miompana amin’ny fampihenana ny fahantrana mihoam-pampana sy ny hanoanana, momba ny fanabeazana fototra, ny fizakantenan’ny vehivavy, ny fampihenana ny isan’ny zaza maty, ny fanatsarana ny fahasalaman’ny reny, ny ady amin’ny SIDA sy ny valan’aretina samihafa…

Tamin’ny taona 2015 dia nivoatra ka nanome lanja kokoa ny fampiofanana sy ny tolotr’asa ho an’ny tanora  ny ODD (Objectifs de Développement Durable na Tanjona ho an’ny Fandrosoana Lovainjafy), saingy mbola tsapa ihany fa rehefa miresaka fampandrosoana dia ny zaza mena vava, ny ankizy sy ny fanabeazana fototra, ny isan’ny zaza maty, ny fampisondrotana ny fari-piainan’ny vehivavy sy ny toe-pahasalaman’ny reny avy hatrany no laharam-pahamehana. Noho izany, tsy mbola nifantohana manokana ny momba ny zatovo herotrerony, sy ny tanora amin’ny ankapobeny, izay mandry an-driran’antsy, tsy mandry fahalemana.

Ny fandinihan’ny namana iray no nahatonga saina anay hoe na dia zava-dehibe avokoa aza ny toko voatanisa ao amin’ny ODD, mendrika raha hatokana manontolo hieritreretana momba ny zatovo sy ny tanora ny hetsika Zama Paris 2018.

Satria fantatsika fa : ny fandrosoana amin’ny lafin’ny demokrasia sy ny fitantanam-pitondrana dia dingana lavitra ezaka. Raha handroso marina amin’ny politikam-panovana dia mila 15 taona vao mihatra sy ahitam-bokany ny fampandrosoana ny fitantanam-pitondrana na ny ady amin’ny kolikoly. Raha misy izany ny politikam-panovana dia tokony hiainga avy amin’ny tanora zanaka, miaraka amin’izy ireo ary ho an’ireo taranaka solofo dimbin’ny ala. Raha hisy fanavaozana ara-toekarena, fomba fijery sy toe-tsaina vaovao no tokony hisantarana ny fandaharahana.

Heverina ho mandeha ho azy izany, nefa tsara ihany ho marihina. Ny loza mananontanona dia ny fikatsoantsika ao anatin’ilay ataon’ny mpahay toekarena hoe « tsy fahampian’ny faniriana », modely ampiharin’izy ireo amin’ny rafi-pianarana any an-tsekoly io : « ny tsy fahampian’ny faniriana dia mety hiseho amin’ny tsy fahombiazana amin’ny fianarana […] Rehefa ny tsy fahampian’ny faniriana no mampitoetra ilay ankohonana hahantra, ka mametra azy tsy hanana faniriana fanampiny intsony, dia voageja ao ary tsy mety tafavoaka izy». Izany hoe : ny ankohonana miaina ao anaty fahantrana dia alaim-panahy hanamaivana ny fianaran’ny ankizy sy ny fahafahany handranto fahaizana, hany ka tsy mety afaka amin’ny fahantrana.

Mety tratran’io tsy fahampiana faniriana io isika… Mety hoe tratran’io tsy fananam-pikasana io, izay mahatonga antsika tsy afaka miaraka manoritra ho avy mamiratra sy mibaliaka kokoa.

Ny Zama dia resy lahatra fa ny fandinihana lalina ny ho avin’ny tanora no hahafahantsika mivoaka amin’io lavaka mangitsokitsoky ny tsy fahampiam-paniriana io… Asa tokony hotarihina eo anivon’ny rafi-panabeazana, ny fiofanana amin’ny asa, ny fandraharahana, ny andraikitra maha olom-pirenena, ny kolontsaina sy ny fahasalamana… miainga amin’ny fomba mendrika faka tahaka… fa koa amin’ny fomba hamerenana ireo diso lalana ho eo amin’ny fiaraha-monina, fa maro amin’ireo zatovo mantsy na any ambanivohitra, na an-tanàna na an-tanàndehibe no efa difotra ao anatin’ny herisetra sy very mirenireny tsy manan-kifaharana.

Ao anatin’ny fifaliana hihaona, dia irinay haroso hodinihina amin’ny Zama izany resaka sy lohahevitra izany, mba hanokafana fikasana vaovao, hanairana ny faniriana sy hamelomana ny fanantenana.

Tongava mba hihaona indray ! « Ndeha i Madagasikara homanintsika ho tanin’ny fanantenanan’ny ho avin’ny Tanora » fa ny hazo no vanon-ko lakana, hono, ny tany naniriany no tsara ; ary ny tanora mamboly hazo, antitra manan-kialofana.

ODD = Objectifs de Développement Durable au cœur de l’agenda 2030 adopté par l’ensemble des états membres de l’ONU