Z2016-Remerciements

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, chers participants à Zama Aix 2016,

Ce fut un plaisir immense pour nous que d’avoir réussi à vous réunir si nombreux sur le prestigieux site de la Faculté de Droit et de Science Politique d’Aix-Marseille (Aix en Provence), à l’occasion de ce bel événement que fut Zama Aix 2016. Certains d’entre vous sont arrivés de très loin  (Madagascar, Suisse, Angleterre, Luxembourg, Allemagne, Belgique, etc.), bravant toutes les difficultés que votre participation à cette manifestation originale ne pouvait qu’engendrer dans l’organisation de votre quotidien personnel, familial et professionnel. Pour tout cela, encore une fois, merci cent fois, merci mille fois à chacun et à chacune de vous !

Voici quelque temps déjà, certains d’entre nous, principaux inspirateurs, organisateurs et réalisateurs de cet événement que nous voulons à la fois indépendant, laïc et apolitique, mais totalement ouvert à tous, sont tombés en arrêt sur la présentation vidéo d’un projet dénommé «L’arbre qui pousse à l’emploi»,  présentée par une jeune Malgache de 23 ans, affirmant que le développement de Madagascar peut passer aussi par la plantation d’un million d’arbres d’ici 2020, avec le soutien d’un partenariat international. J’ai nommé Marie Nomena Allimant.

Plusieurs dizaines de travailleurs saisonniers sont aujourd’hui acteurs de sa société dénommée « Alamanga Reforestation », qui vise à la fois à préserver la biodiversité, à lutter contre le changement climatique, et à promouvoir par la douceur mais avec efficacité et fermeté les nécessaires changements d’habitude de la population de notre chère Grande Ile.

Nous aurions pu vous présenter cette vidéo au cours de nos trois journées de travail. Le temps nous en a manqué. Mais, ce qu’il faut surtout en retenir, en ce qui me concerne, c’est cette terrible phrase : « Comment quand on a tout peut-on n’avoir rien ? »

« Comment quand on a tout peut-on n’avoir rien ? ». En réalité, cette petite phrase, d’apparence sibylline, est certainement aussi ce qui nous a conduits tous à participer à Zama Aix 2016. C’est ma profonde conviction. Notre pays, ne nous voilons pas la face, est malade. Très gravement malade. D’après les spécialistes, plus de 92 % de sa population vivent aujourd’hui en-dessous du seuil de pauvreté, et la principale préoccupation – pour ne pas dire la seule et véritable préoccupation de celle-ci – est au quotidien la recherche de la pitance quotidienne, dans un monde totalement absurde où  la surconsommation et l’opulence la plus criante du plus petit nombre cohabitent avec la famine et l’indigence la plus dégradante du plus grand nombre. Notre Grande Ile fait partie, depuis de très longues années, des pays les plus pauvres du monde et ne doit, désormais, sa survie qu’à l’afflux des aides internationales et au développement d’une économie parallèle informelle où le népotisme, le copinage, l’affairisme, la vénalité et la corruption rongent, comme un gigantesque cancer, tous les rouages de la vie politique, économique, financière, sociale et culturelle du pays.

Encore une fois, fermement apolitique et dans ses principes, et ses actions et son fonctionnement, Zama Aix 2016 veut, à sa manière, apporter sa contribution au changement de cet épouvantable tableau et, autant que faire se peut,  à la reconstruction de cet édifice qui s’est écroulé.

Ma profonde conviction est que chacun et chacune de nous présents à ces trois journées de travail … et de festivités, peuvent continuer à alimenter ce mouvement pour tisser une toile la plus large possible, développer les synergies nécessaires, sans pour autant prétendre ni donner des leçons à quiconque, ni se considérer comme un sauveur du monde.

Nous avons beaucoup travaillé dans la joie et la bonne humeur. Les tables rondes et les ateliers ont été, de l’avis de tous, d’une très grande tenue. Mais le comité d’organisation a également pensé à agrémenter le séjour de chacun et chacune de vous de moments festifs divers, pour que vous gardiez de Zama Aix 2016 le souvenir le plus positif possible et, surtout,  que vous soyez repartis de notre belle ville d’Aix en Provence la tête remplie de belles images, pour pouvoir dire avec fierté : j’y étais !

Je ne saurais terminer sans rendre un hommage particulier à Madame Catherine Malinge Mehdi, la principale Responsable du bon fonctionnement de cette prestigieuse Faculté de Droit d’Aix en Provence, qui nous a accompagnés depuis des mois pour la bonne réalisation de cet événement. A travers elle, bien sûr,  je remercie aussi Monsieur le Président d’Aix Marseille Université, Yvon Berland, et Monsieur Philippe Bonfils, Doyen de la Faculté de Droit et de Science Politique d’Aix Marseille, ainsi que tout le personnel de l’université qui s’est impliqué sans compter dans la réalisation de cette manifestation.

Je n’oublierais naturellement pas toute l’équipe de Zama Aix 2016 qui s’est investie corps et âme dans cette « folle et belle » aventure, ni la quarantaine de bénévoles qui nous ont épaulé tout au long de ces 3 magnifiques journées de rencontre et d’échange.
La plénière de clôture dans l’amphithéâtre Mistral – un dimanche matin ! – a émis le souhait, à l’unanimité, que Zama devienne un véritable événementiel à rééditer régulièrement dans le temps et dans d’autres espaces sans doute. Nous passons, Patrick et moi, les commandes à la jeunesse montante pour relever ce nouveau défi.

Avec toutes mes amitiés !
Roger RABETAFIKA

Aix en Provence 20 juillet 2016